Entretien avec Valérie Léon

Valérie Léon est directrice de la Maison des Parents à Limoges qui accueille, sous l'égide de la Fondation Ronald McDonald,  des parents dont les enfants sont hospitalisés.

 

 

Merci de vous présenter en quelques lignes

Valérie LEON directrice* de la Maison Ronald McDonald de Limoges.



Qu’est-ce La maison des Sourires ?

La Maison des Sourires est l’association qui gère la Maison des Parents Ronald McDonald de Limoges. Elle est composée de trois collèges : franchisés, personnel hospitalier et des associations de parents.



Pourquoi et comment est née l’idée d’une Maison des Parents à la Fondation Ronald McDonald ?

Cette question concerne plus particulièrement la Fondation directement. Mais par contre pourquoi la maison de Limoges ? Il s’agit d’une réelle volonté et un fort dynamisme du franchisé McDonald’s de Limoges en partenariat avec l’hôpital et toujours l’implication des associations de parents. Toute une équipe s’est réunie pendant 4 ans régulièrement pour voir enfin cette merveilleuse réalisation.



Pourquoi avez-vous accepté d’assurer la direction de la Maison des Sourires ?

Je défends des valeurs de solidarité et de partage dans ma vie. Ces mêmes valeurs m’ont amenée à plusieurs reprises à réajuster ma carrière professionnelle. C’est ainsi que j’ai accepté d’assurer la direction de la maison de Limoges car c’est un magnifique projet humanitaire, tournée vers l’Autre et plein de sens.



Qui compose l’équipe de la Maison ? et quel est le rôle des bénévoles ?

La Maison de Limoges a une équipe de 5 salariés et d’une dizaine de bénévoles. Tous, salariés et bénévoles, forment une équipe au service des parents.



Quelle est la capacité d’accueil de la Maison des Sourires ?

17 chambres dont 3 équipées pour des personnes handicapées, et des chambres plus spécifiques « familles avec enfants ». Capacité de personnes : environ 40/45 personnes.



Quel accompagnement proposez-vous aux parents, voire à la famille, que vous accueillez ?

Il s’agit d’un accompagnement aux gestes du quotidien à travers l’écoute et la disponibilité (Continuer à manger n’est pas une évidence, par exemple, lorsque vous avez un enfant hospitalisé).



Que souhaitez-vous leur apporter ?

Toute l’équipe de la Maison essaie d’être disponible à l’écoute afin de les soutenir dans cette épreuve qui est difficile. Cette maison vit comme une « vraie maison », c’est le principe donc effectivement on organise des ateliers (shiatzu, soins du visage, coiffure, couture …etc) pour permettre aux parents de continuer à communiquer avec le monde extérieur. Des rencontres se font entre parents et permettent les échanges.



Que voudriez-vous dire aux parents qui souffrent du regard des autres parce que leur enfant est malade ?

Ne vous renfermez pas, ne vous culpabilisez pas non plus. Votre enfant a besoin de vous à ses côtés, vous seuls savez ce dont il a le plus besoin, vous seuls savez quand il souffre. La maladie n’est pas une honte, il faut l’accepter et en parler à vos proches afin qu’ils puissent vous soutenir, demandez de l’aide parfois pour pourquoi pas souffler une nuit ou une journée afin que votre enfant voit que ses parents sont confiants.



Que voudriez-vous suggérer aux proches qui ne savent pas comment entourer les parents dans ces moments difficiles ?

C’est toujours difficile car effectivement vous avez des personnes qui voudront être seules dans ces moments, il faut respecter ce choix et en même temps leur dire régulièrement que vous êtes à leurs côtés et que s’ils ont besoin de ne pas hésiter à vous solliciter. Un petit mot envoyé, un texto, une attention même futile est très appréciée par les parents d’enfants hospitalisés. Ainsi ils prennent conscience qu’ils sont épaulés sans être harcelés de questions et qu’ils peuvent compter sur vous à un moment ou à un autre. Etre là quand ils vous solliciteront, sera la plus belle preuve d’amitié et d’amour.



La Maison des Sourires accueille-t-elle des parents dont les enfants sont en soins palliatifs ? Si oui, votre équipe accompagne-t-elle les parents et les familles en deuil ?

Oui malheureusement, car bien évidemment nous souhaitons tous que « nos » enfants repartent chez eux en pleine forme … mais la vie est ainsi.

L’équipe est formée à l’accompagnement au deuil et échange lors de réunions mensuelles animée par un psychologue et durant lesquelles elle peut parler de leurs ressentiments et émotions.



Vous avez été responsable de la coordination des Maisons de Parents Ronald McDonald pour la France, quelles sont les valeurs et les clefs (moyens, espace, ressources humaines, etc) pour réussir un projet de Maison de Parents ?

Pour réussir un projet de Maison de Parents, il faut tout d’abord un partenaire primordial c’est l’hôpital ! Et puis pour qu’un projet soit accepté, validé et porté il faut qu’à l’origine les bénéficiaires soient présents, afin qu’il corresponde aux besoins réels et aux attentes. Après c’est toute une logistique, un timing qui se met en place.



Quelles leçons tirez-vous de ces premiers mois passés à la Maison des Sourires ?

Que du bonheur malgré la dureté de la vie pour certains parents,

Que de belles rencontres,

Que de joie et de partage …. Une belle leçon de vie, d’humilité et d’amour !



Quels sont vos projets ?

Je suis une personne pleine de projets personnels et privés, c’est le sens de ma vie ! Un projet permet de ne jamais stagner, de se remettre en question et d’évoluer.


 

Maison des Parents Ronald McDonald
La Maison des Sourires
42, avenue Dominique Larrey
87000 Limoges

Tél. : 05 55 43 69 10
Fax : 05 55 43 01 11


* Depuis janvier 2009, La Maison des Sourires a une nouvelle directrice, Edwige Cousty.

Publié le 07/03/2008