Jardins thérapeuthiques

L'association Jardins et Santé promeut la création de jardins thérapeutiques dans les établissements médico-sociaux afin de développer un accompagnement non médicamenteux des personnes atteintes d'un handicap cérébral.

 


 L'ASSOCIATION JARDINS  & SANTE

La vocation de l’association Jardins et Santé portée par ses membres, tous bénévoles, est de s’engager à améliorer la vie des personnes touchées par un handicap cérébral.

Jardins et Santé a choisi une double voie pour y parvenir, d’une part en soutenant la recherche clinique, d’autre part en favorisant le développement d’un accompagnement non médicamenteux des personnes dans les établissements médico-sociaux, grâce à la création de jardins spécifiques.

Depuis 7 ans, nous avons pu aider financièrement vingt-huit établissements (Ehpad, IME, FAM, maisons de retraite) dans toutes les régions de France, à créer leur jardin à visée thérapeutique.

 

 L'HOMME ET LA NATURE

Si l’approche recherche clinique, apparaît évidente tant pour les professionnels de la santé que pour les profanes, celle du jardin et du jardinage peut sembler insolite.

Pourtant, l’expérience nous montre, depuis quelques décennies, que l’on ne coupe pas impunément l’homme de la nature. Les anglo-saxons font un recours presque systématique au jardin après avoir multiplié les études de comportement dans les lieux anxiogènes, comme les hôpitaux. La pratique montre qu’une majorité de patients se plaint moins, montre moins de stress, récupère plus vite lorsque son environnement visuel et auditif lui permet de s’évader mentalement de l’environnement hospitalier. La seule présence de belles photos de paysages diminue l’anxiété en favorisant l’évasion mentale.

C’est ouvrir la voie à la création, partout où c’est possible, d’un lieu où l’homme et la nature peuvent retisser un lien bénéfique. Le jardin n’est-il pas la réponse, même si la vérification scientifique n’est pas encore au rendez-vous.

 

MEDECINE ET JARDINAGE

Le corps médical s’ouvre enfin à l’évidence d’une nécessaire réconciliation entre le corps et l’esprit. Le jardin et le jardinage, un « remède » moral et physique. Sans aller jusque-là, parlons plutôt de soutien, d’accompagnement souhaitables et bienfaisants. Le plan Alzheimer 2008-2012 du Ministère de la Santé a d’ailleurs inclus, dans ses préconisations, la création de jardins à visée thérapeutique dans les unités cognitivo-comportementales. C’est un progrès notable qu’il faut souligner. Mais sa mise en œuvre sera longue et difficile pour de nombreuses raisons d’ordre professionnel, structurel et financier.

La formation des soignants et des paysagistes n’est pas de nature à les faire se rencontrer pour travailler ensemble. Ce sont deux mondes qui s’ignorent. Il n’existe pas encore en France de formations professionnelles crédibles et reconnues associant, par exemple, les disciplines d’ergothérapie ou psychomotricité au jardinage. Les initiatives de création de jardin dans les établissements médico-sociaux viennent pourtant le plus souvent de soignants qui ont une fibre jardinière, déjà exercée pour leur propre satisfaction.

Ce sont eux, psychologues, psychomotriciens, infirmières, animatrices, ergothérapeutes qui suscitent la création d’un jardin ou l’aménagement des « abominables » espaces verts  de l’établissement où ils travaillent pour voir s’épanouir leurs résidents, leur redonner un certain goût à la vie, faire travailler leur corps et leur tête.

Nous avons bien des exemples à donner de petits espaces déshérités transformés pour le plus grand bien de ceux qui les fréquentent. Nous aimerions en citer un qui est remarquable par, sa taille, sa conception et son suivi scientifique, probablement le seul de ce type en France actuellement : le jardin Art, Mémoire et Vie du CHU de Nancy.

 

LE JARDIN A VISEE THERAPEUTIQUE

Définir ce qui distingue un jardin « normal » d’un jardin à visée thérapeutique est une gageure. C’est pour cela que depuis 2008, Jardins et Santé organise des symposiums internationaux rassemblant professionnels de la santé, du jardin et du paysage, associations, représentants des institutions, les invitant à réfléchir et à échanger de bonnes pratiques sur les problèmes posés par la création et le maintien de ce type de jardins.

Le 3ème du genre, se tiendra les 19 et 20 novembre 2012 et fera appel à des intervenants tant français, que canadiens, italiens ou américains. Deux jours qui promettent d’être passionnants et riches d’enseignements.


Anne Chahine

            Présidente de Jardins et Santé





PubliƩ le 19/06/2012