Entretien avec Annie Durieux

Entretien avec Annie Durieux, psychophoniste...

Merci de vous présenter en quelques phrases
Psychophoniste et chanteuse, j’accompagne depuis vingt ans des personnes dans l’éclosion de leur voix et de leur être. Je suis également responsable au sein du collège de Psychophonie Marie-Louise Aucher® de la formation au chant prénatal et familial des animateurs « Harmonie par le chant ». En tant que chanteuse professionnelle, je chante a capella le répertoire médiéval et contemporain dans l’ensemble Mora Vocis avec lequel j’ai enregistré quatre disques.


Pourquoi avez-vous choisi votre métier ?
J’ai toujours aimé chanter et pressenti la joie profonde et conviviale que le chant apportait dans la vie quotidienne. J’ai découvert et compris grâce à la Psychophonie comment il peut faire œuvre de construction et de recontruction de notre identité. Avec la voix, nous entrons dans une expérience à la fois très intime de nous-même qui unifie tous les plans de l’être. Dans le même temps nous offrons et partageons avec d’autres de façon très conviviale, cette expression de notre vie intérieure. La voix est un pont entre le dedans et le dehors, qui ouvre à la fois un chemin vers soi, un chemin vers l’autre.


Qu'évoque pour vous le mot accompagnement ?
C’est faire route avec l’autre pendant un temps, en lui donnant confiance dans ses possibilités, en lui révélant sa beauté et son unicité car chaque voix est unique, en lui donnant des outils pour sentir sa voix, son souffle, sa parole habiter son corps et s’affirmer, dépasser ses limites, pour rayonner. Ce n’est pas marcher à sa place, ou lui dire, tu devrais faire comme ci ou comme ça, mais c’est le ramener à sa conscience et à son autonomie en lui demandant plutôt : « qu’est-ce que tu sens en faisant ci, comment tu es après ça ».
C’est une marche vers l’autonomie, car le ressenti de la personne se construit peu à peu et rejaillit dans sa vie quotidienne ; elle retrouve vitalité et confiance, gère mieux sa vie relationnelle et ses émotions, et discerne mieux ce qui lui correspond.


Quelle forme l'accompagnement prend-il dans votre démarche professionnelle ?
La Psychophonie se pratique aussi bien dans un travail individuel que collectif (cours et stages). Un temps de décontraction, d’étirement, d’activation, toute une gamme de préparations corporelles et sensorielles en lien bien souvent avec le souffle et le son. Des vocalises spécifiques mettant en jeu des points corporels et énergétiques précis y sont associées avec une palette d’images mentales, d’émotions (joie, étonnement, indignation, tendresse, rire…)très variée. L’alternance entre la réceptivité aux sons et l’expression vocale nourrit l’être intérieur et construit des repères physiques du son, très fiables ; les sons ainsi perçus ou la voix agissent comme un massage interne très profond. Ensuite, un répertoire varié de chants est proposé pour prolonger les prises de conscience, explorer une liberté vocale plus grande et des couleurs de voix révélant des aspects nouveaux de soi.
Cette approche globale et ludique de la voix permet à chacun de faire le lien avec son quotidien (posture, souffle, émotion …) et d’entrer dans une conscience de lui-même plus profonde.


Qu'est-ce qui vous motive chaque jour pour accomplir votre travail ?
Veiller et éveiller la vie ! J’ai parfois l’impression d’être moi aussi « sage-femme », car la gestation et l’accouchement d’une voix se rapproche très fort de l’accompagnement d’une naissance. L’objectif est d’abord que la personne trouve son équilibre et révèle son potentiel dans sa vie intérieure, sa vie relationnelle, sa créativité. Il faut reconnaître que l’évolution des personnes est très gratifiante et la convivialité qu’apporte le chant très nourrissante.
J’aime transmettre et permettre aux personnes de découvrir leur musique, leur poésie intérieure avec le plaisir de communiquer à autrui ce trésor. C’est aussi le plaisir du jardinier qui a bêché autour de l’arbre et qui voit un moment l’arbre donner ses fruits tout seul, en son temps.


Où trouvez-vous des ressources pour écouter les autres ?
Le besoin d’échanger entre praticiens est pour moi fondamental et parfois d’une supervision par rapport à certaines situations.
Par moments, je ressens le besoin d’être accompagnée personnellement pour faire le clair et franchir des étapes, sortir de certains schémas. Cela s’effectue par périodes.

En tant que professionnel de l'accompagnement, vous devez éprouver le besoin d'être accompagnée : est-ce le cas ?
Le silence, la nature me rechargent beaucoup. L’écriture aussi. Les huiles essentielles, soins corporels. Le jardinage (après les stages en grands groupes)notamment. Le chant et le travail corporel bien évidemment (je chante en concerts régulièrement).


Que souhaiteriez-vous transmettre aux personnes que vous rencontrez?
Détente, vitalité, confiance, humour, un regard bienveillant sur eux-mêmes.


D'après vous, qu'est-ce qu'un individu épanoui ?
Epanoui ? Quelqu’un qui dégage une vitalité, une écoute et une chaleur humaine. Mais aussi quelqu’un de bien enraciné dans son corps, conscient de ses possibilités et de ses limites, mobile dans son être, assumant avec aisance aussi bien la solitude que la compagnie, créatif dans un domaine qui lui est propre, libre dans ses choix et cohérent entre ses convictions, ses paroles et ses actes. Et aussi plein d’humour !


Quels sont les moyens pour y parvenir ?
Devenir plus conscient de soi-même, chacun peut choisir le ou les moyens qui lui correspondent. Pour moi, le travail sur le corps, la voix, les émotions, la parole permet de s’incarner davantage. Après à chacun à trouver le sens qu’il veut donner à sa vie et le mettre en œuvre sans « absolutisme ».


D'après vous qu'est-ce que les parents doivent transmettre à leurs enfants ?
La tendresse, la confiance, le respect de soi, des autres, de la nature, de la vie, le goût des belles choses, de la vérité, de la persévérance, la lucidité, un certain regard critique et encore l’humour !


Devenus grands, que doivent-ils transmettre à leurs parents ?
Alors là ? une certaine distance bienveillante est nécessaire pour que chacun accomplisse son chemin avec sérénité.


Un livre, une musique, une citation, un film qui vous inspirent et que vous avez envie de nous suggérer.
Lettre à un jeune poète de Rainer-Maria Rilke.


Le mot de la fin : un conseil, une réflexion, une devise .
De Giono «  L’homme, on a dit qu’il était fait de cellules et de sang, mais en réalité, il est comme un feuillage, il faut que le vent passe pour que ça chante ». (« Que ma joie demeure »)
 

Annie Durieux est co-auteur, avec Marie-Jo Cardinale, de "Bien dans ma voix, bien dans ma vie", paru au Courrier du Livre.
 

PubliƩ le 29/01/2005