Les cafés-parents et cafés-enfants/ados

Caroline Chavelli co-anime des groupes de paroles pour parents et des groupes de paroles pour enfants et ados en y introduisant des contes.

LES CAFES-PARENTS

Association Le Comptoir aux histoires

Les cafés-parents sont ces réunions où des parents se retrouvent autour d'une psychologue, psychothérapeute ou médiateur familial pour évoquer ses difficultés afin de trouver des solutions. Ces rencontres fonctionnent soit par thème, soit au gré des sujets soulevés lors d'un tour de table en début de séance. Ceux qui s'y retrouvent viennent parler de leurs soucis ou écouter les autres en qui ils se reconnaissent. Ces rencontres sont souvent très chargées émotionnellement.

Aussi m'est venue l'idée de proposer à Marianne Souquet, psychologue et médiatrice familiale, d'intervenir en racontant une histoire liée au thème retenu. C'est ainsi que j'interviens en début de séance pour conter et laisser ensuite les parents exprimer tout ce qu'ils en retirent et le débat est lancé ! Quand aucun thème n'est défini, je le choisis  en me gardant bien de l'annoncer car chacun entendra celui ou ceux avec lesquels il se sent concerné.

Cet apport de l'imaginaire me paraissait important afin d'alléger des rencontres parfois lourdes d'émotion, de doutes, de craintes. La puissance des métaphores permet de mettre à distance une réalité pesante à laquelle on voudrait bien échapper. A l'hôpital, j'avais déjà constaté à maintes reprises que le recours aux  métaphores s'avère un outil précieux pour accompagner les personnes en fin de vie et leurs proches. Elles transforment des pensées figées et des fatalités en images qui permettent à la personne malade de s'approprier sa propre réalité au lieu des contingences énoncées par les autres.  

Le conte permet donc une identification  en ces moments de solitude, de sentiment d’abandon et confère un sentiment d’appartenance salutaire. En effet grâce à la puissance de la métaphore, à la sagesse qu’ils véhiculent et aux réalités qu’ils relatent et que nous traversons tous (amour, souffrance, mort, espérance, séparation, etc) chacun, à l’écoute du conte, pioche, en secret, les éléments, les signes, les images, les émotions qui font écho à son histoire, à son présent, et qui deviendront des ressources.

Ressources intimes car nul ne sait quels éléments la personne a piochés, quelles images se formeront en elle mais ce qui est certain c’est que ces ressources vont se muer en richesse intérieure. C’est ainsi qu’en cette situation de dissolution des repères, d'anéantissement de ses capacités, d'incapacité à envisager l'avenir, le conte produit de la créativité. Situé dans un autre espace-temps il libère le mental des contraintes et la personne peut élaborer des idées nouvelles, avoir des intuitions, voir les choses autrement, etc. Par ailleurs, l'imaginaire qu'il déploie offre des possibilités d'interprétations illimitées et permet à chacun de trouver la sienne. Nous pourrions dire qu'il y a autant d'auditeurs que d'interprétations et c'est là toute la richesse du conte ! Il n'exclut personne. Dans le cas qui nous concerne, ce foisonnement sera d'autant plus enrichissant qu'il sera éclairé par la psychologue.

Et l'histoire ne s'arrête pas là. Les parents rapportent que durant les jours qui suivent ces histoires, ils continuent de "mouliner". L'histoire, ou plutôt ce qui est devenu leur histoire, n'en finit pas de livrer ses secrets. Il arrive même que des mois après, des éléments resurgissent, porteurs de sens. Ce cheminement de la pensée se constate aussi avec les personnes en fin de vie dont je parlais.

Pour toutes ces raisons, ces histoires font œuvre d'accompagnement.

 

LES CAFES-ENFANTS ET ADOS

Les cafés-enfants sont nés du succès des cafés-parents. Une fois par mois, les enfants savent que papa ou maman participe au café-parents et que cette rencontre aura des répercussions sur la vie de famille. Le parent va modifier son attitude, dire des choses, insister sur certains points ou s'entretenir de façon privilégiée avec un des enfants. Cependant, il n'est pas toujours facile de transmettre. L'émotion brouille les mots, le manque de temps empêche de dire les choses comme on le souhaiterait et les enfants préfèrent parfois écouter une tierce personne plutôt que papa ou maman. C'est pourquoi les parents ont suggéré d'organiser des cafés-enfants.

Les premiers cafés-enfants ont donc accueilli les enfants des participants aux cafés-parents puis des copains les ont rejoint. Comme avec les adultes, le thème est choisi par les enfants. Les premières rencontres se sont déroulé avec Marianne Souquet, la psychologue et médiatrice familiale, et deux stagiaires en psychologie qui accompagnaient les enfants en groupes de petits et de grands car la plus jeune avait 5 ans et la plus âgée 14 ans. Les petits dessinaient leurs émotions tandis que les grands écrivaient ou discutaient.

Après les vacances d'été, les enfants ont manifesté le désir de reconduire les cafés-enfants et je me suis joint à eux, à l'instar des cafés-parents, pour leur raconter une histoire écrite pour eux, sur le thème qu'ils avaient choisi.

Les cafés-enfants étant interdits (!) aux parents, j'ai demandé la permission au début de la première séance de participer à leur groupe en leur promettant de respecter la règle de la confidentialité qui veut que les participants ne divulguent pas aux autres ce qui s'est dit entre eux. Sauf si un enfant demande à ce que la psychologue transmettre une information à son parent. A l'issue de l'histoire, je devais m'éclipser mais Marianne a demandé aux enfants s'ils me permettaient de rester. Ils ont acquiescé et je les en remercie. Ainsi a commencé ma participation aux cafés-enfants où j'ai le plaisir de raconter une histoire et de co-animer ces rencontres.

Le groupe est constitué de fidèles, comme avec les parents,  âgés de 6 à 11 ans. Le respect et l'écoute sont les clefs de la cohésion. Chacun sait qu'il pourra s'exprimer et être écouté sans être jugé. La rencontre commence avec l'histoire porteuses d'émotions et de pistes de réflexion. C'est ce matériau qui sera utilisé pour permettre à chacun de dire ce qu'il a entendu et ce qu'il ressent. Puis s'enchaîneront des jeux de statues, de mimes, de scènes imaginées et interprétées par les enfants, des photolangages, etc, pour réfléchir ensemble de façon ludique au thème de l'après-midi. La rencontre se termine par un goûter bien mérité !

Chaque séance montre combien les enfants ont besoin de parler. A les entendre, les parents ne les écoutent pas ou en tout cas pas comme ils le voudraient. Une des intentions du café-enfants est de leur donner les moyens de s'exprimer de façon à être écouté et d'avoir un comportement qui favorise le dialogue. Cet apprentissage de la communication vise également à favoriser leur expression et l'affirmation de soi en dehors du cadre familial. Les relations avec leurs copains sont fréquemment évoquées par les enfants parce qu'elles sont émaillées d'incompréhensions, de mésententes, de trahisons, de jugements. Les cafés-enfants offrent donc la possibilité à chacun de s'approprier un langage non violent pour vivre au mieux dans la société, en étant respecté et en respectant les autres tout en exprimant ses émotions.

PubliƩ le 17/02/2014