Ateliers d'écriture et contes "Paroles de mamans"

 

Caroline Chavelli anime un atelier d'écriture et contes à la médiathèque de Graulhet (Tarn) dédié aux mamans.

Cette action, en raison de son soutien à la parentalité, a obtenu le label REAAP, Réseau d'Ecoute, d'Appui et d'Accompagnement des Parents, délivré par le REAPP 81.

POURQUOI UN ATELIER D'ECRITURE ?

L'atelier " Paroles de mamans " n'est pas un atelier littéraire, en vue d'acquérir une technique ou un style, mais un atelier créatif. Il invite au plaisir d'écrire sur les petites et grandes choses de la vie avec poésie, humour, pertinence, sur toutes ces choses simples, profondes, émouvantes qui nous tiennent à cœur et que le quotidien ne permet pas toujours d'exprimer.

Cet atelier est également un lieu de rencontres où chacun se raconte, écoute, est écouté par le groupe et où la voix des uns et des autre enrichit les participants.

 

L'ATELIER " PAROLES DE MAMANS "

" Paroles de maman " a été imaginé par Thomase Venzal, responsable du secteur jeunesse et Petite Enfance de la médiathèque intercommunale Tarn et Dadou de Graulhet, elle-même maman. Diplômée Educatrice de jeunes enfants, ayant travaillé en cèche avant d'être bibliothécaire, elle a créé " l'Espace Petite Enfance" au sein de la mediathèque il y a 14 ans dans l'idée de faire de cet espace un lieu d'accueil parents-enfants favorisant l'échange et la création de liens. C'est ainsi qu'il est apparu tout à fait judicieux de proposer  un programme  d'animations destinées aux tout-petits et leurs familles ainsi qu'aux professionnels de la petite enfance. Ces rencontres informelles, autour des animations, ont permis à de nombreux parents et professionnels de s'approprier les lieux et de tisser des liens. A la grande satisfaction de Thomase Venzal, les enfants grandissaient au milieu de livres en  permettant leur éveil, la découverte du monde au travers des imagiers et tout support livre avec lesquels ils étaient en contact,  favorisant leur  épanouissement, et la possibilité d'avoir comme compagnons   des albums dans leur quotidien car l'accès gratuit jusqu'à l'âge de 18 ans facilite l'emprunt. Ainsi des amitiés se sont  dessinées,  parfois ont  perduré et la médiathèque est devenue  un lieu de rencontre pour  la  famille et la fratrie,  créant parfois  un  réseau d'amis.

 

Dans ce cadre, au début de l'année 2013, Thomase Venzal a perçu la nécessité de donner la parole aux mamans, car  être maman, en congé parental ou non, est un bouleversement qui appelle de nombreux questionnements et génère un fort besoin de raconter son vécu. Les ateliers d'écriture lui sont apparus comme une forme agréable pour leur permettre de s'exprimer. Cet atelier se nommerait tout simplement "Paroles de mamans et permettrait la rencontre d'autres femmes autour d' échanges sous l'aspect de convivialité  mêlant réflexion, partage,  détente,  création  de liens et surtout des rendez-vous !  Cette fois, elles seraient accueillies sans leurs enfants et ce moment  serait donc un espace rien qu'à elles,  autant dire une occasion assez rare  dans le quotidien d'une maman de jeunes enfants ! Et c'est ainsi qu'après avoir rencontré Caroline Chavelli, qui intervient auprès des petits et grands avec des histoires, Thomase Venzal lui a demandé d'élaborer un cycle d'ateliers d'écriture pour ces mamans.

 

LE PUBLIC DE " PAROLES DE MAMANS "

L'idée de départ était de concevoir un atelier à l'intention des mamans enceintes. Nous souhaitions leur offrir un lieu où ces émotions et pensées qui traversent la grossesse, précieuses, parce qu'uniques dans la vie d'une maman, puissent s'exprimer.

Il s'avéra que le nombre de mamans enceintes ne fut pas suffisant, dans les temps impartis par rapport à l'ouverture des ateliers, pour créer ce groupe. Il fut donc décidé que cet atelier s'adresserait aux mamans quel que soit leur âge. C'est ainsi que cet atelier accueille des mamans de 25 à 50 ans. Des mamies seraient également les bienvenues puisque ce sont aussi des mamans. Cet éventail de profils est gage de diversité, de mixité et d'enrichissement. Dans une société où l'âge et l'expérience seraient des critères incontournables de qualité, " Paroles de mamans " accueille sans préjugé des mamans de tous les âges.

Cet atelier se déroulant en médiathèque, un lieu tout public, nous avons opté pour un atelier ouvert, et non un groupe figé, afin que chacune puisse participer à sa convenance, dès le début, ou en cours d'année. Il s'avéra que le groupe initial se fidélisa aussitôt, créant ainsi un lieu de retrouvailles lors de chaque atelier.
 

 

PARTICIPER A UN ATELIER D'ECRITURE

L'atelier se déroulant en médiathèque, lieu fréquenté par un public amateur de livres, familier l'écrit, il semblait naturel d'y trouver facilement des personnes qui seraient intéressées par un atelier d'écriture. Il n'en fut rien. Cet a priori révéla que la lecture et l'écriture sont deux pratiques distinctes et que la première ne signifie pas nécessairement un penchant pour la seconde. L'écriture ne va pas de soi. Si la lecture apparaît d'accès facile, l'écriture, elle, requiert un effort. Les occasions d'écrire, en dehors d'un cadre professionnel ou utilitaire, sont peu nombreuses et balisées par des formes et des contenus précis.

Un atelier d'écriture, au contraire, même s'il propose des consignes, tend vers l'inconnu. Cet inconnu génère inquiétude et manque de confiance, qui ne sont pas sans faire écho, dans la plupart des cas, à de mauvais souvenirs de classe. L'absence d'imagination, les fautes à répétition ou la pauvreté du style, telles que dénoncées en haut d'une rédaction, ont pu écarter à jamais l'envie d'écrire, substituée par la conviction de son incapacité en la matière. Or, rappelons-le, il ne s'agit pas d'un atelier littéraire mais créatif.

De surcroît, écrire en atelier signifie s'exposer aux autres. Cette position n'est jamais facile. Elle réclame ici une implication d'autant plus délicate que l'objet de ces ateliers, "Paroles de mamans", relève de l'intime. Il faut donc un certain courage pour oser franchir le pas et s'inscrire au premier atelier. Avec pour garde-fous, la parade du "pour voir ce que c'est", "au cas où", "ça ne m'engage à rien, je peux juste faire un essai".

Il aura donc fallu toute la persuasion de Thomase Venzal pour vaincre les réticences des mamans éventuellement intéressées par cette aventure. C'est aussi, grâce à la grande connaissance de son public avec qui elle a tissé depuis des années des relations de confiance, grâce à toutes les actions menées aussi bien en faveur des petits que de leurs parents et familles, qu'elle a réussi à enregistrer un nombre suffisant de participants afin que l'atelier ait lieu. A ces mamans, s'en sont ajoutées d'autres, provenant de l'extérieur.

 

 

LE CADRE

Dans ces conditions de participation rétive mais néanmoins animée de curiosité et de bonne volonté,

l'importance du cadre s'avère fondamentale. Le cadre physique tout d'abord où la médiathèque dispose d'une pièce lumineuse, propice à l'accueil d'un petit groupe. Ce bien-être, indispensable à l'écriture, ne boudera pas son plaisir en offrant d'emblée biscuits et boissons. Cet accueil gomme déjà l'appréhension de la page blanche ; les souvenirs de l'écriture sévère et austère s'éloignent.

Cette atmosphère paisible et agréable illustre ces ateliers car je tiens à ce que le plaisir soit la motivation première qui incite les mamans à participer. Et pour écarter définitivement toute crainte, lorsque je présente les ateliers lors de la première rencontre, je tiens à préciser que nous ne sommes pas à l'école et qu'une personne n'écrit pas mieux qu'une autre. Chacune écrit selon sa sensibilité, son vécu, qui elle est et son humeur du jour. Ces prémices écartent toute idée de jugement et laissent place à la bienveillance et au respect de chacune. Ce postulat de départ engendre la confiance et permet à chacune d'écrire sereinement. En effet, " Paroles de maman " soulève les sujets délicats que sont la femme, la féminité, l'épouse, la maman associés au couple, aux enfants, la famille, le travail, la société, etc. Ces thèmes sensibles, tout à la fois émouvants mais aussi parfois lourds de vécus, nécessitent donc un cadre serein afin que se faufilent bonne humeur et humour !

Je tiens également à souligner que la confidentialité est implicite et que tout ce qui se dit et s'écrit durant ces ateliers ne concerne que les mamans et que je n'en divulguerai rien. A ce sujet, s'il arrive qu'une proposition d'écriture suscite des propos, des émotions, des souvenirs intimes qui bouleversent la personne, elle a le choix de les taire. L'important est que ces choses soient écrites pour elle.

 

 

ECRIRE, SE RACONTER, ECOUTER ET ETRE ECOUTE

Ecrire seul, en dehors d'un groupe et de tout cadre, est un heureux moyen de s'exprimer qui donne accès à la créativité et permet, en toute circonstance, et à tout moment, de noter, décrire, analyser, rêver, pleurer et aimer. Cependant, nous l'avons vu, cette démarche est souvent l'apanage de quelques uns.

L'atelier permet donc à ceux qui n'osent pas écrire et/ou qui n'arrivent pas à trouver le temps de le faire, soit qu'ils sont débordés, soit qu'ils n'osent pas s'accorder un moment dédié à ce qui serait un passe-temps futile, de s'adonner à cette envie de s'exprimer. Dans cette société où l'efficacité est la valeur absolue, la communication se réduit, la plupart du temps, à signifier des choses utiles qui assurent le fonctionnement du quotidien. Il reste peu de place pour dire les choses graves ou douces, toutes ces choses qui nous touchent et qui ne trouvent pas toujours d'oreille être entendues et accueillies. Les réseaux sociaux ont apporté une solution à ce besoin de se dire, d'être écouté et reconnu grâce à de multiples plate-formes tels les blogs, les chats et autres interfaces de communication.

Et pourtant, force est de constater que toutes ces mises à disposition virtuelles, ne se substituent pas à la rencontre. Surfer sur les sites, y discuter, échanger n'exclut de participer à des ateliers d'écriture et vice-versa. Tout comme l'écriture en solo, évoquée plus haut, toutes ces formes d'écriture sont complémentaires et répondent à ce besoin de raconter. Citons également les groupes de paroles qui ne sont pas sans rappeler le lavoir, où les femmes, autrefois, trouvaient là un lieu pour bavarder et s'épancher.

 

 

ECRIRE EN ATELIER,  ENTRE L'INTIME ET LA RENCONTRE

L'atelier d'écriture propose une rencontre, non pas dans l'isolement du virtuel, mais au contact des autres et les liens qui s'y tissent sont palpables. Grâce à la présence des autres, les propos écrits ont d'autant plus de valeur qu'ils ne sont pas l'expression de pensées solitaires, écrites par défaut, tel un exutoire, mais qui trouvent leur raison d'être au sein d'un groupe. Petits bonheurs ou tracas y reçoivent une écoute chaleureuse. De surcroît, la sincérité qui anime les mamans permet de dire ses fragilités, ses doutes, ses craintes et de trouver dans le regard des autres un réconfort, un écho dans leurs paroles, des sourires d'empathie, des yeux embrumés par une émotion qui nous touche et ces éclats de rire salutaires qui tournent en dérision ces fameux agacements et exaspérations que toutes connaissent.

Dans une société qui exalte la performance et qui exige des mamans d'être à la hauteur dans tous les domaines (le look, la sexualité, le couple, la maternité, la famille, le travail, les relations sociales, etc), les femmes tentent de faire bonne figure. Cet exercice est d'autant plus difficile qu'une culpabilité sournoise accompagne la vie des mamans qui voudraient sans cesse faire mieux et se reprochent de ne pas y parvenir. Soit dit en passant, de l'aveu des mamans, les papas ne s'embarrassent pas de telles ambitions !

L'atelier " Paroles de mamans " se propose donc de dissiper ces vilains nuages qui occupent l'esprit des mamans et leur insuffler des ressources afin que chacune développe sa confiance en elle, sa sensibilité et ses talents.

La première étape est donc d'offrir à chaque maman cette reconnaissance bienveillante qui permet de s'accepter comme on est, de mettre à distance le regard des autres et d'envisager ses prétentions de " maman idéale " avec humour et dérision. Ces rencontres entre mamans, par de simples mots et une présence d'empathie procurent ce bien-être qui offre cette reconnaissance dont chacune a intimement besoin. Il s'avère qu'aucune maman de l'atelier n'est parfaite. Cette révélation est un grand soulagement !

Fortes de ce constat, il devient plus facile pour les mamans d'évoquer les thèmes de la maternité, l'être femme, le rôle du père, l'enfant, la famille et de s'interroger sur sa vie, sur soi et ses valeurs. Autant de questions chargées de sens mais jamais intrusives, qui portent la réflexion vers la sensibilité.

Cet atelier est donc l'occasion, de prendre du temps pour soi et de se poser, en marge de cette vie souvent trépidante, afin de décrire ses interrogations, ses envies, ses projets, ses aspirations, ses rêves, et aussi, d'y déposer de la tendresse, de l'humour et de l'amour, sur cette vie de femme, d'épouse, de mère, qui nous traverse corps et âme sans relâche.

 

 

IMAGINAIRE ET CREATIVITE

L'atelier entend donc ne pas cantonner les unes et les autres au rôle de maman mais ouvrir un espace afin que chacune ait la possibilité d'exprimer autre chose que les préoccupations du quotidien. Pour ce faire, l'imaginaire est une voie royale. Aussi cet atelier d'écriture ne se limite pas aux mots mais convoque objets, images, dessins, et autres apports insolites qui font irruption lors de ces rencontres afin de stimuler la créativité, la curiosité et tricoter ainsi de nouvelles relations entre les choses. Photos, matériaux, poésies, seront autant de sources d'inspiration. Chacun de ces supports entend solliciter l'imagination, aussi farfelue soit-elle ! Chaque maman recèle, souvent à son insu, une mine d'idées qui ne demande qu'à s'exprimer ! Il faut juste oser, avoir l'audace de franchir ses propre limites, de dépasser le convenu, d'embrasser l'inattendu et d'écrire pour le plaisir !

J'invite donc les mamans à cet exercice qui semble, au début, difficile, voire insurmontable. Or, je suis toujours ravie de constater que très vite, sous l'impulsion des unes et des autres, taquiner l'imaginaire devient un plaisir. Ecrire ainsi procure une satisfaction notoire. D'une part parce la personne se surprend à écrire des choses qu'elle ne soupçonnait et d'autre part parce que l'auditoire ne manque pas de lui adresser compliments, remarques et commentaires. Ces réactions de surprise, d'admiration ou d'émotion contenue lorsqu'elle nous bouleverse, prouvent la capacité de chacune à exprimer ses idées, ses impressions ou ses sentiments. Ces écoutes croisées provoquent un enrichissement mutuel et fécond qui stimule chacune et tout le groupe dans son ensemble.

Dans cette optique, le conte est un élément incontournable de l'atelier. Chaque atelier propose un thème qui sera illustré par un conte. Le conte est une de ces histoires qui ont façonné le monde et qui nous disent, en secret, au plus profond de nous, toutes ces choses bouleversantes, fortes et fragiles, qui animent ce désir d'enfant et d'amour, en dépit des épreuves de la vie. Par ailleurs, le conte est un vecteur de création car il véhicule des métaphores qui se transforment en autant de ressources pour appréhender le monde et poser un autre regard sur soi, les autres et l'existence. (faire un lien avec mon asso)

Cette multiplication de propositions stimulantes constituent un défi pour le mental, habitué aux conditionnements et aux habitudes, et qui soudain se trouve ébranlé par quelques graines de folie créatrice, Ainsi surgissent des mots, des émotions, des images qui étonnent, émeuvent, secouent et il s'ensuit une émulation qui incite à la créativité et qui rejaillit telle une mosaïque de mots et d'images, ouvert sur le champ de tous les possibles où chacune pioche et s'imprègne, consciemment ou non, de toutes ces couleurs et éclats.

Je suis toujours émerveillée, en écoutant ces mamans qui ne s'adonnent pas à l'écriture le reste du temps, qu'il leur suffit de cueillir quelques mots pour composer des bouquets de poésie et les régaler au groupe. Il suffit de si peu. Des sonorités, quelques images, un certain regard, un parfum caché ou une violente envie de dire les choses créent un récit, rappellent un souvenir, dressent un portrait. C'est cet enchantement, sans cesse renouvelé, qui me donne cette passion pour les ateliers d'écriture et que j'ai à cœur de provoquer à chaque rencontre. Avec respect et enthousiasme, j'invite les mamans à révéler le meilleur d'elle-même.

 

 

ESTIME DE SOI ET CREATION DE LIENS

Cet aspect créatif s'il est bien sûr un objectif essentiel de cet atelier d'écriture, n'est pas le seul. Il n'existerait pas s'il n'était sous-tendu par les liens qui se créent entre les mamans. Chacune a la possibilité de se dire, de se raconter et d'être écoutée. Ces rencontres permettent de se découvrir, de révéler des affinités, des complicités, d'exprimer sympathie et empathie et ce faisant de tisser des relations.

L'atelier offre donc une reconnaissance qui favorise l'estime de soi. Mon rôle est donc, lors de ces ateliers, de mettre en lumière les qualités et les ressources des unes et des autres afin que chaque maman trouve ici enthousiasme et inspiration pour écrire non seulement ses pensées au cours de l'atelier, mais aussi qu'elle puise, lors de ces rencontres, confiance en soi et en sa sensibilité afin que s'épanouissent toutes ces belles choses qu'elle porte en elle.

Le coin lecture préparé par Thomase Venzal, qui clôt L'atelier " Paroles de maman " nourrit cette démarche. Thomase Venzal présente, en fonction du thème du jour, une sélection de livres qui prolongent la réflexion. Ce sont des lectures revigorantes, riches, non pas de recettes mais de pistes à explorer, et qui apportent aux mamans de la reconnaissance car les situations évoquées leur font miroir. Bien entendu, cette bibliographie n'oublie pas d'inclure ces ouvrages qui traitent des problèmes avec humour !

 

 

AU-DELA DES ATELIERS …

Pour les ateliers, je suggère toujours de se munir d'un cahier, un carnet et non de feuilles volantes, pour écrire. Ce support permet non seulement de garder en mémoire ses propos, mais aussi d'apprécier la qualité de son écriture, son évolution, son expression, le choix des sujets évoqués, etc.

La lecture de ce cahier offre un regard sur soi et engendre la satisfaction d'avoir osé écrire toutes ces choses. Ce cahier ou carnet deviendra un objet précieux pour garder une trace de ses écrits.

Mon vœu est que cette écriture qui attrape, enveloppe, clame, interroge, les petites et grandes choses de la vie devienne une ressource au-delà de ces ateliers et que les mamans puissent y recourir pour noter, gribouiller, crier, transcrire, chanter, ces instants difficiles, drôles, incompréhensibles, touchants, qui émaillent le quotidien et s'inscrivent dans une vie.

Et si ces mamans n'écrivent pas, pour mille raisons, qu'au moins, elles sachent qu'elles portent en elles une poésie unique qui peut transformer, embellir, donner sens à ce qu'elles vivent et transmettre autour d'elles un regard créatif, jamais blasé ni résigné, mais soucieux de comprendre, de farfouiller dans le coffre de l'imaginaire et de cultiver cette folie joyeuse qui suscite ce désir de vivre !

 

* * *

Je tiens à remercier Thomase Venzal et les mamans pour la qualité de leur participation, leur poésie et la confiance qu'elles m'accordent.

 

 

 

PubliƩ le 25/06/2013