Entretien avec Laurence Lescalier

Laurence Lescalier est réflexologue et a exercé à l'unité de soins palliatifs de l'hôpital de Puteaux dans le service du docteur Bernard Devalois.

 

Merci de vous présenter en quelques lignes

Laurence Lescalier, mariée et maman de trois garçons. Réflexologue et diplômée de l’école ERVE (Ecole de Réflexologie et de Vecteurs Energétiques). Praticienne à l’hôpital de Puteaux (USP) de décembre 2006 à septembre 2010.



Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Parce que j’ai toujours aimé toucher les personnes… et lorsque j’ai découvert que l’on pouvait « soigner » en massant des pieds j’en ai fait ma passion !



Qu'est-ce que la réflexologie plantaire ?

Des pressions exercées sur des zones précises du pied en vue de stimuler un organe ou un système du corps humain.



Pourquoi avez-vous souhaité travailler en soins palliatifs ?

J’avais découvert ce merveilleux service au travers de lectures (qui m’ont servi à faire le deuil de deux personnes chères) et je constatais que notre philosophie des soins était similaire.



Comment se déroule une séance  de réflexologie plantaire ?

Je me présente et explique ma pratique. J’adapte ensuite ma séance en fonction de l’état de la personne, de son éventuelle demande, des informations obtenues dans son dossier ou lors des transmissions auxquelles j’assiste. La séance proprement dite n’excède pas 20-25 minutes, mais mon temps passé auprès des patients n’est jamais limité.



Dans notre culture, il est délicat de toucher l'autre, qui plus est des personnes fragiles. Or vous touchez non seulement le corps de la personne mais aussi son être. Quel accompagnement lui prodiguez-vous?

Un accompagnement justement global ! Certes, je soigne avec mes mains mais je peux parfois simplement rester discuter si la personne ne désire pas être touchée (ce qui arrive rarement !). J’écoute aussi, une main posée sur son corps. Et quand il n’y a plus à écouter, je caresse doucement une main, un pied, un visage que j’embrasse même parfois.

Je discute aussi avec les visiteurs, voire je leur fais une séance si j’en ai le temps et s’ils en ont envie.



Quels sont les bienfaits de la réflexologie plantaire de manière générale et plus particulièrement sur les personnes en fin de vie ?

D’une manière générale, l’on vise à stimuler le corps (…) pour favoriser son auto-guérison dans le cadre de maux fonctionnels. La réflexologie appliquée à des personnes en fin de vie consiste avant tout à détendre la personne - toujours en travaillant sur des zones précises du pied -, mais aussi à leur redonner à tous ces patients épuisés, dans la mesure du possible, un peu d’énergie en travaillant tendrement sur les organes vitaux par exemple.



Comment le soin que vous proposez s'intègre-t-il dans la pratique médicale de l'équipe ?

C’est une collaboration étroite qui se noue. Je complète les soins « classiques ». L’on me sollicite (du médecin-chef jusqu’à l’aide-soignante en passant par le/la psychologue) ou je décide seule d’aller voir un patient. Une grande confiance réciproque est indispensable. Chacun a sa place et il y a de la place pour tous.

 

Les soignants et les proches vous sollicitent pour bénéficier eux aussi de votre toucher. Quel soin leur apportez-vous ?

Les mêmes que ceux que je prodigue aux personnes en fin de vie. La seule différence sera la durée du soin et la pression de mes doigts (plus forte) sur leurs pieds.



Que souhaitez-vous transmettre aux personnes que vous rencontrez ?

Du mieux-être, de l’attention et de l’amour.



Que souhaiteriez-vous dire à ceux qui redoutent la maladie, la vieillesse et la mort ?

Le « discours » doit s’adapter à la personne qui va le recevoir… Mais je leur dirais de commencer un travail intérieur (qui suis-je, quel sens a ma vie, etc…) et d’observer la nature. Encore une fois, avec beaucoup de douceur car il n’est pas intéressant ni utile d’exacerber la peur qui déjà les envahit.



Vous côtoyez la souffrance, la douleur, la détresse, où trouvez-vous des ressources pour vous-même et pour accompagner tous ceux que vous rencontrez ?

Certainement dans ma façon de vivre : heureuse, sereine, … qui va de pair avec un esprit « très positif ».

Mais, il est évident, ce l’est pour moi, qu’aider/aimer les autres me fait du bien !!



Quelles leçons tirez-vous de votre expérience professionnelle et de toutes vos rencontres avec vos patients ?

Des grandes leçons d’humilité, de simplicité, un niveau de conscience élevé, peut-être aussi un plus grand respect et amour de la vie.



La réflexologie plantaire demeure une pratique confidentielle en France. Que voudriez-vous suggérer pour qu'elle soit connue et reconnue ?

J’aimerais qu’on en parle plus dans les médias, sous forme de témoignages, de reportages… Tout ce qui peut rendre populaire cette belle et efficace pratique.

L’hôpital (quel que soit le service) est un très bon vecteur de communication pour les thérapies alternatives.



Quelles sont les autres pratiques non conventionnelles qui à vos yeux mériteraient d'avoir leur place dans les prises en charge thérapeutique ?

Je ne les connais pas suffisamment pour en parler. Mais néanmoins, l’idée serait d’ouvrir la porte à ces pratiques, les « tester », faire confiance, en étant attentifs aux effets/réactions des patients. Et dans le cas de résultats positifs, d’observations concluantes, les intégrer à un service.



Un cri du cœur, une suggestion, une citation …

"Poser sa main sur une autre personne, cela implique de se laisser traverser par une rencontre qui nous modifie." Catherine Dolto

Publié le 23/03/2011